Ma femme m'a menti pour ne plus avoir de relations sexuelles : puis-je demander le divorce ?

Posée par lolodu 10,

Bonjour peut-on demander le divorce si votre épouse vous a menti en prétextant une maladie pour ne plus avoir de relations sexuelle avec son mari merci.

La réponse du Cabinet OMER
il y a 3 ans
Bonjour Monsieur,

Le refus d'un des conjoints d'avoir des relations sexuelles est en effet reconnu comme une faute pouvant justifier le divorce.
Les juges admettent qu'il s'agit d'un manquement aux devoirs conjugaux. Il n'est pas expressément mentionné dans les textes de loi, mais il est supposé être rattaché à l'obligation de communauté de vie.

Si vous souhaitez l'invoquer comme cause de divorce, il vous faudra engager un divorce pour faute.
Ce qui suppose également une nécessité de preuve : si vous invoquez une faute, il faut pouvoir la prouver.
La preuve est libre en matière de divorce : écrits, aveux, témoignages, ...
Si vous pouvez prouver que vous n'avez plus de relations sexuelles avec votre femme et qu'elle vous a menti, vous pourrez obtenir un divorce à ses torts exclusifs, et éventuellement des dommages-intérêts.


Formulaire de devis gratuit et immédiat

Chargement en cours ...

Les informations que vous nous communiquez sont soumises au secret professionnel. Elles sont strictement nécessaires à l'établissement d'un devis détaillé et adapté. Elles seront enregistrées par le CABINET OMER et analysées uniquement au sein du service concerné par votre problématique. Le devis est établi par un logiciel édité et hébergé, en marque blanche, par un prestataire de confiance du CABINET OMER.

À ce titre, nous vous rappelons que vous disposez de Droits Informatiques et Libertés sur les données vous concernant (accès, effacement, opposition, etc.) et que vous pouvez les exercer à tout moment et gratuitement en contactant notre Délégué à la Protection des Données à l'adresse suivante : dpo@cabinetomer.fr. Les données seront conservées durant un délai de trois (3) ans, sauf en cas de contractualisation et sous réserve de l'exercice du droit à l'effacement par la personne concernée.

En savoir plus sur notre Politique de gestion des données personnelles.