Séparée de ma femme, comment faire pour qu'elle s'acquitte d'une partie de nos impôts ?

Posée par daron,

ma femme a laissé le domicile conjugal et est partie vivre aux Antilles me précisant que c'est terminé notre vie de couple et me demande d'organiser ma vie mais le souci c’est qu'elle m'a laissé également ses impôts à payer. et, de toute évidence je ne pourrai pas m'en sortir car je viens depuis le 1er avril d''etre à la retraite. comment puis l'obliger o plus vite à payer ses revenus imposables

La réponse du Cabinet OMER
il y a 3 ans
Monsieur,

Comment pour les dettes, les époux sont solidaires dans le paiement des impôts. Ils doivent normalement en payer chacun la moitié, mais en cas d'absence d'un des époux, le Trésor public peut réclamer le paiement de l'intégralité de la somme à l'autre époux. Vous êtes donc dans l'obligation de vous en acquitter seul, si votre femme refuse de les payer, pour éviter une majoration.

En revanche, veillez à bien garder les justificatifs prouvant que vous les avez payés seul : en cas de divorce, vous pourrez présenter ces preuves, pour démontrer que votre femme ne participe plus aux frais du ménage, et lui réclamer le remboursement de la moitié de la somme.


Formulaire de devis gratuit et immédiat

Chargement en cours ...

Les informations que vous nous communiquez sont soumises au secret professionnel. Elles sont strictement nécessaires à l'établissement d'un devis détaillé et adapté. Elles seront enregistrées par le CABINET OMER et analysées uniquement au sein du service concerné par votre problématique. Le devis est établi par un logiciel édité et hébergé, en marque blanche, par un prestataire de confiance du CABINET OMER.

À ce titre, nous vous rappelons que vous disposez de Droits Informatiques et Libertés sur les données vous concernant (accès, effacement, opposition, etc.) et que vous pouvez les exercer à tout moment et gratuitement en contactant notre Délégué à la Protection des Données à l'adresse suivante : dpo@cabinetomer.fr. Les données seront conservées durant un délai de trois (3) ans, sauf en cas de contractualisation et sous réserve de l'exercice du droit à l'effacement par la personne concernée.

En savoir plus sur notre Politique de gestion des données personnelles.