Puis-je racheter les parts que mon conjoint possède sur notre bien immobilier avant le divorce ?

Posée par chrys,

J'occupe actuellement la maison et paye seule les traites de la maison.Mon mari me propose de racheter sa part pour 50 000 euros : ce que j'accepte. Est-ce que je peux commencer à effectuer les démarches concernant le rachat de la soulte avant d'engager la procédure

La réponse du Cabinet OMER
il y a 3 ans
Madame,

Cette possibilité dépend de la l'origine du bien.
Si votre maison est un bien propre ou indivis, acheté avant le mariage : vous pouvez accomplir le rachat de parts par un acte de vente entre époux, ou à titre de licitation, et à tout moment. Ceci peut donc être fait avant le mariage.

En revanche, si votre maison est un bien acheté pendant le mariage, il est préférable d'attendre :
- si vous comptez engager une procédure de divorce par consentement mutuel, d'avoir mandaté un avocat pour votre divorce. Le partage des biens doit être terminé avant l'ouverture de la procédure, donc l'attribution du bien pourra être faite rapidement. L'avocat s'assurera que l'acte est conforme.
- si vous optez plutôt pour un divorce contentieux, l'audience de conciliation avec le juge.


Formulaire de devis gratuit et immédiat

Chargement en cours ...

Les informations que vous nous communiquez sont soumises au secret professionnel. Elles sont strictement nécessaires à l'établissement d'un devis détaillé et adapté. Elles seront enregistrées par le CABINET OMER et analysées uniquement au sein du service concerné par votre problématique. Le devis est établi par un logiciel édité et hébergé, en marque blanche, par un prestataire de confiance du CABINET OMER.

À ce titre, nous vous rappelons que vous disposez de Droits Informatiques et Libertés sur les données vous concernant (accès, effacement, opposition, etc.) et que vous pouvez les exercer à tout moment et gratuitement en contactant notre Délégué à la Protection des Données à l'adresse suivante : dpo@cabinetomer.fr. Les données seront conservées durant un délai de trois (3) ans, sauf en cas de contractualisation et sous réserve de l'exercice du droit à l'effacement par la personne concernée.

En savoir plus sur notre Politique de gestion des données personnelles.