Un parent peut-il s'opposer à l'exercice du droit de visite de l'autre parent ?

Posée par M,

Un parent peut-il s'opposer au droit de garde et de visite de l'autre parent ?

La réponse du Cabinet OMER
il y a 4 ans
Bonjour,

Non : lorsqu'un époux bénéficie d'un droit de visite fixé par un jugement, l'autre parent est tenu de le respecter. Refuser de confier les enfants au parent qui bénéficie d'un droit de visite constitue un délit de non représentation d'enfant.
Le parent qui s'oppose à ce droit de visite peut en revanche le contester, en saisissant à nouveau le juge aux affaires familiales. Cette démarche peut être nécessaire si le droit de visite nuit à l'enfant, ou si l'autre parent ne respecte pas correctement son droit et est trop absent.
Mais il ne peut pas de lui même refuser de donner l'enfant à l'autre parent.

Si aucun jugement n'a encore été rendu, aucune organisation n'est encore déterminée, mais les deux parents disposent des mêmes droits : chacun doit pouvoir continuer des relations avec l'enfant. Un parent ne peut pas y faire obstacle. Dans ce cas, il est important de saisir le juge en urgence pour obtenir une décision et un droit de visite que le parent sera dans l'obligation de respecter.


Formulaire de devis gratuit et immédiat

Chargement en cours ...

Les informations que vous nous communiquez sont soumises au secret professionnel. Elles sont strictement nécessaires à l'établissement d'un devis détaillé et adapté. Elles seront enregistrées par le CABINET OMER et analysées uniquement au sein du service concerné par votre problématique. Le devis est établi par un logiciel édité et hébergé, en marque blanche, par un prestataire de confiance du CABINET OMER.

À ce titre, nous vous rappelons que vous disposez de Droits Informatiques et Libertés sur les données vous concernant (accès, effacement, opposition, etc.) et que vous pouvez les exercer à tout moment et gratuitement en contactant notre Délégué à la Protection des Données à l'adresse suivante : dpo@cabinetomer.fr. Les données seront conservées durant un délai de trois (3) ans, sauf en cas de contractualisation et sous réserve de l'exercice du droit à l'effacement par la personne concernée.

En savoir plus sur notre Politique de gestion des données personnelles.