Le divorce amiable en cas de violences

Mon mari est violent psychologiquement avec moi. Il me rabaisse, m’humilie, me fait peur depuis des années. Je souhaite divorcer rapidement et reconstruire une vie sereine pour moi et mes enfants. Je pense opter pour un divorce par consentement mutuel, car la procédure ira plus vite. De plus, je ne veux rien de lui, juste partir… Qu’en pensez-vous ?

Les violences conjugales

Lorsque l’on vit des violences conjugales, qu’elles soient psychologiques ou physiques, il est normal de vouloir s‘en extraire au plus vite. Divorcer rapidement signifie se libérer, se réparer, tourner la page, repartir sur de nouvelles bases.

Cependant, la réalité est souvent tout autre : le conjoint violent ne va pas soudainement cesser ses agissements. Les violences deviennent au contraire plus prégnantes lorsque la victime souhaite partir. Voyant que vous lui échappez, votre mari risque d’user de stratagèmes pour vous maintenir sous son emprise : refus de trouver des compromis, complications lors de la procédure, harcèlement, menaces, manipulation des enfants, etc. Il peut feindre d’accepter le divorce amiable, mais ne coopérera pas, ne procédera pas à un partage équitable des biens ou rendra difficile la garde des enfants.

L’importance de disposer de moyens pour reconstruire sa vie

Vous êtes prête à renoncer à vos droits dans l’objectif de rapidement couper les ponts avec votre mari. Cette réaction est naturelle, mais elle est délétère. En effet, d’une part, vous allez avoir besoin de finances lors de votre départ afin de trouver un logement, de disposer d’une rémunération suffisante pour subvenir à vos besoins et à ceux de vos enfants. Rappelons que sans logement ni moyens financiers, il vous sera plus difficile d’obtenir leur garde.

D’autre part, une fois que vous aurez recouvré votre confiance en vous, que vous serez à l’abri, vous risquez de regretter de lui avoir tout laissé, d’avoir été dans une situation particulièrement difficile à cause de lui. Ce sentiment génère beaucoup d’amertume et peut freiner la reconstruction. Enfin, ce n’est pas parce que vous adoptez une telle stratégie qu’il vous laissera tranquille : il trouvera toujours les moyens de vous relancer notamment au travers de l’éducation des enfants.

La nécessité de se battre

Vous vivez ces violences depuis des années. Elles ont des conséquences sur votre moral, votre santé psychique et physique. Vos enfants en subissent également les impacts. Il est important de mettre tous les atouts de votre côté pour vous en sortir dans de bonnes conditions et vous sentir en sécurité. Or, avec un divorce par consentement mutuel, il n’est pas possible d’exprimer des griefs : vous ferez table rase de tout ce que vous avez enduré.

Les divorces pour faute ou sur acceptation du principe de la rupture du mariage sont plus longs et plus éprouvants, mais ils vous permettent d’exposer les faits, de faire valoir vos droits. De plus, si les violences conjugales sont reconnues, vous pourrez bénéficier d’aides particulières comme l’ordonnance de protection. Enfin, votre avocat est là pour vous conseiller au mieux et vous défendre. En cas de violences conjugales, choisissez un professionnel qui en connaît les mécanismes.

Un dernier point : vos enfants vous demanderont sans doute, à un moment de leur vie, ce qu’il s’est passé. Ils risquent également de devoir se protéger de la violence de leur père. Avoir entrepris cette démarche leur montrera que vous vous êtes battue pour leur offrir une vie meilleure.



Des violences très répandues

En France, 1 femme sur 10 est touchée par les violences conjugales. Les violences sont toujours psychologiques et parfois physiques ou sexuelles. Dans 40 % des cas, les violences conjugales commencent pendant la grossesse et 3 millions d’enfants vivraient dans un foyer où elles ont lieu. Outre l’aide juridique apportée par les avocats, il est important de ne pas rester seule face aux violences, de se faire accompagner par une équipe de professionnels : psychologues, assistantes sociales, coach de retour à l’emploi…

Article écrit par l'association Elle's Imagine'nt

L'association Elle's Imagine'nt est composée de psychologues cliniciennes, d'avocates, d'assistantes sociales et de personnes venant d'autres horizons. Elle accompagne psychologiquement, juridiquement et socialement les femmes victimes de violences conjugales. Elle anime des groupes de parole 2 fois par semaine et propose du coaching de retour à l'emploi. Enfin, elle forme les professionnels (médecins, équipes RH en entreprise...) et organise des actions de prévention dans les collèges et les lycées.

Les professionnels et bénévoles de l'association donnent de nombreuses informations et des conseils sur le site www.ellesimaginent.fr. L'équipe répond par mail aux questions des internautes (victimes ou témoins).

Titre mobile: 
Le divorce amiable en cas de violences